Shimoni, Wasini, Kisite et les dauphins

jour 11

Nous nous levons à l'aube pour un départ à 7H via Wasini.

Un minibus bondé vient nous prendre devant l'hôtel. Terminé les privilèges VIP, seuls dans un véhicule avec un chauffeur sympa ...

"jambo"! lançons nous en entrant. Pas de réponse, ok, le ton est donné :-(

Le chauffeur ne dit pas un mot non plus. Nous roulons durant 1H30 jusqu'au port de Shimoni.

Là un gars nous prend en charge, avec d'autres minibus.

Il semblerait que nous soyons une vingtaine....

Le guide commence alors son briefing, mais nous avons beau tendre l'oreille, NADA!

Nous ne comprenons pas un traitre mot!

Sommes tombés dans un groupe Polonais !!

Bon, y a plus qu'à s'adapter.

1 heure d'attente, on ne sait pourquoi. Nous observons alors le chargement d'un bateau ... d'un autre temps.

Il fait chaud mais gris, avec l'avantage que la mer soit calme, ce qui je l'espère, augmentera nos chances de voir des dauphins.

Ilona rêverait de nager avec eux, mais comme en safari, c'est un animal sauvage, nul ne sait où il est....

Nous embarquons enfin. Le guide multilingue a compris que nous étions français:

-"j'aime les français, je vais tout vous expliquer, je suis content car je sais que les français vont me laisser un pourboire!"

Il insistera plusieurs fois sur le dernier point...

Nous voguons doucement vers Kisite, le parc marin. A bord on nous offre café, thé, fruits exotiques, beignets.

-"hier nous n'avons pas vu les dauphins" explique notre accompagnateur, "mais avant hier il y en avait beaucoup".

Le soleil finit par percer, il fait très chaud et Ilona et moi sommes de plus en plus pâles:  mal de mer !

Je demande à tout hasard s'il est possible de nager avec les dauphins (sachant que j'ai fouiné sur tous les forums et que partout on ne me laissait aucun espoir).

-"si on voit les dauphins dans le parc marin, oui, vous pouvez plonger. En pleine mer, non, c'est interdit, trop dangereux".

Nous sommes résignés, espérons donc juste les entrevoir.

"n'essaie même pas de faire des photos, dis-je à Ilona, c'est tellement rapide, profite juste, regarde avec tes yeux, pas à travers un objectif."

On a nagé avec les dauphins!

Et nous serons chanceux!! 4 dauphins sont au rendez-vous.

Assez joueurs, ils font des sauts autour du bateau.

"Vous ne voulez pas sauter?" demande le jeune et je crois halluciner,

"on peut?"

"oui, on est en bordure de Kisite! Allez-y, il y a des palmes à l'avant, quelle pointure?"

C'est environ 30 minutes de pur bonheur! Les dauphins sont très curieux, viennent à nous, sautent, reviennent encore, nous encerclent.

L'un d'eux touchera Stéphane avec sa queue. Ils sont si proches que nous pourrions les toucher. Ilona approche sa main, je la lui retire rapidement.

NE PAS TOUCHER LES DAUPHINS ! Règle de base.

On entend clairement le petit sifflement de leurs conversations, et nageant dans le bonheur, nous ne prêtons guère attention aux picotements sur notre peau. Méduses, je le sais, observe Ilona qui ne bronche pas. On continue donc, je sais que la douleur est vive mais qu'elle disparait rapidement.

En remontant dans le bateau, Ilona finit par m'en parler, elle a des cloques sur les cuisses, Steph sur les jambes, moi sur les bras.

20 minutes plus tard elles auront disparues.

Le bateau continue sa route quelques temps et nous pouvons replonger pour observer les poissons et le corail.

Encore des piqûres de méduses, quelques poissons colorés, une raie manta, mais le corail  est blanc, mort. Quel dommage! Lors de notre dernière visite, en 2009, les fonds étaient splendides!

Nous aurons la chance de nager avec une tortue !

Après 45 minutes de snorkeling nous sommes lessivés, remontons à bord et nous dirigeons vers l'Île de Wasini.

île de Wasini et jardin de corail

Menu au choix: végétarien, poulet ou poisson.

Noix de coco grillée en apéro, boissons fraîches, crabe (voir la vidéo ci-dessous) tiède en entrée, fish-rabitt grillé, riz coco, sauce pimentée (à part) et chapati. EXCELLENT!

Le village de Wasini

Après le délicieux repas chacun est libre soit de farniente au bord d'un petit bassin d'eau de mer, soit de visiter le village.

Nous choisissons la 2ème option, avec un des guide du bateau, sur une heure.

L'île est extrêmement pauvre, dépourvue d'eau et d'électricité. Dans un bâtiment en dur un système permet de dessaler l'eau de mer afin qu'elle soit buvable.

Nous sommes choqués par la saleté, les ordures trainant partout, mais aussi par l'ambiance étrange qui y règne.

Les enfants et les femmes ci-dessus nous ont souri et étaient heureux des cadeaux (accessoires cheveux, livrets, stylos, poupées barbies...) que nous avons offert.

Par contre, chez les autres, nous avons crée une émeute ...

Les enfants hurlaient,  nous arrachaient les jouets des mains.... Nous ne nous attendions pas à ça. Encore moins à nous faire disputer par le maitre de l'école coranique et par ses élèves !!! PAS DE PHOTOS !!!

Bien entendu, pas sûr que notre générosité de petit blanc soit une bonne chose.

Mais je suis surprise par l'agressivité de l'instituteur...

Souhaitant garder en mémoire le sourire ébahi de ces 2 petites filles, nous rangeons nos appareils photo et nous dirigeons vers le jardin de corail.

Le jardin de corail

J'avais vu un reportage Thalassa là dessus à la TV, ce sont des femmes qui ont crée le ponton en bois (le plus grand d'Afrique) de ce jardin, afin que les touristes puissent le visiter les pieds au sec (en cas de montée des eaux), sans abimer les coraux.

Le touriste voit souvent ce qu'il veut bien voir.

Je ne déroge pas à la règle sur certains points.

Néanmoins, nous quittons le village avec un goût amer. Ilona est choquée par la pauvreté et la fureur des jeunes enfants.

Je n'ai toujours pas d'avis, ne souhaite pas le débat, mais je me remets en question...

De retour à Diani vers 18H30 nous sommes heureux de retrouver l'ambiance joyeuse de notre hôtel.