Loïta Hills, Maji Moto Ecocamp,                        chez les Massai

jour 3 (St-valentin)

Je suis particulièrement excitée. C'est un grand jour pour moi. Je l'attends, je le rêve depuis si longtemps.. C'est un peu mon high-light à moi sur ce séjour!

C'est l'inconnue totale, je sais que nous n'aurons pas d'eau courante, pas d'électricité, que nous dormirons dans une petite tente canadienne (ou igloo). Mais surtout que nous irons à la rencontre du peuple Massaï!  Et après?

Les anciennes pluies et le vent ont redessiné le paysage et il nous faut chercher la piste. Ici on circule à pieds ou à moto.

 

Mais hakuna matata, au bout de 3 essais infructueux, super-Daniel s'engage dans une esquisse de chemin qui semble nous mener là-haut sur la colline.

Saga Africa, attention les secousses!

Mais que c'est beau ! Et la couleur du sable! Et "nos" premiers arbres cactus ...

Et y en a qui arrivent à dormir, même secoués comme dans une essoreuse!!!

Mais je dis ça, je dis rien!


Arrivée au camp Massaï

Arrivés au sommet, nous sommes accueillis par le très souriant Sankale Ole Ntutu,  chef de tribu, à droite,

et son jeune assistant et neveu, Isaack Ole Matara.

 

Nous les saluons d'un timide "sobaa" (bonjour massaï), comme nous l'a appris Daniel.

 

Les 2 hommes parlent anglais.

Sankale a cette joie de vivre communicative, cette étincelle dans les yeux et son discours de bienvenue est vraiment sincère.

Nous nous sentons bien dès l'instant où nous foulons sa terre.

D'autres jeunes Massaï s'occupent de nos bagages.

 

Un petit garçon vient alors vers nous et nous tend son crane en avant. Il est coutume de poser la main sur la tête des enfants pour les saluer.

 

Sankale nous prédède dans le camp afin de nous faire une visite guidée détaillée, notamment concernant les sanitaires (probablement le sujet d'inquiétude des occidentaux!), tout en nous informant sur le déroulement de la journée: randonnée,  initiation au combat de guerrier, soirée autour du feu.

Outre le "bâtiment" principal où sont servis les repas, il y a une petite réserve à vélos (mis à disposition) et un "mini-magasin" où sont exposés des bijoux artisanaux.

Précision importante : aucune pression pour pousser à la consommation!

 

En montrant l'abri principal:

"Vous avez là du thé et du café à disposition, servez vous"!

Et j'ai abusé de ce thé, absolument divin, fait à partir de la racine d'une plante ressemblant  à de la sauge.

"Nous nous servons également des feuilles comme papier WC, car c'est très doux ou encore comme déodorant" nous explique le chef.

Et voilà le spectacle qui s'offre à nos yeux ébahis : un panorama grandiose !!!

La plaine s'étale à l'infini devant nous. En juillet les oiseaux migrateurs viennent se poser juste à leurs pieds.

Gnous et zèbres empruntent eux aussi ce "couloir" pour se rendre au Serengeti en Tanzanie.

Je suis totalement sous le charme : quel privilège d'être là, de vivre ça, de partager ce moment, quel bonheur de se trouver dans un des plus bel endroit au monde en compagnie de personnes qui ont fièrement su garder des traditions ancestrales !

ANECDOTE concernant le crâne de buffle : une femme enceinte de la tribu a été attaquée et blessée au visage alors qu'elle remplissait son bidon d'eau à la source. Les hommes ont du abattre le buffle. La femme est le bébé ont pu être sauvés in extremis.

La douche, royale, avec de l'eau naturellement chaude (!),

transportée depuis la source à dos d'âne.

Maji moto veut dire eau chaude en swahili

Et les toilettes, sèches,

en toute discrétion


C'est merveilleusement bien aménagé. Des petits chemins, délimités par des pierres, conduisent aux "sanitaires", aux tentes ou au "mess" ou l'on se rassemble pour palabrer ou dîner. Tout se fond harmonieusement dans la nature.

Une toile devant la douche et le WC préserve l'intimité tout en restant en contact permanent avec la nature.

 -"je vous vous propose de poser vos affaires, le cuisinier vous a préparé un petit repas. Et puis vous pourrez vous reposer, profiter des espaces aménagés pour l'observation, faire des photos, et on se retrouve vers 16H pour la randonnée.

Avez-vous de bonnes chaussures?" Demande Sankale qui sourit en voyant nos baskets.

-"Ah oui, parfait! Bon appétit, soyez à l'aise, vous êtes chez vous ici; à tout à l'heure!

N'hésitez pas si vous voulez une bière ou un coca, eh oui, nous avons ça aussi! Et même si nous n'avons pas l'électricité,

pas d'inquiétude, confiez nous vos appareils et nous vous les rendrons avec la batterie chargée"!

Euphoriques comme des gamins, nous arrivons à la tente, déballons quelques affaires avant de rejoindre le "restaurant".

Les lits sont faits (oreillers, draps, couvertures) et des serviettes de bain sont prêtes.

Nous avons même un rocher pour poser la valise, une poubelle en métal (takataka), une petite lampe de chevet solaire accrochée au "plafond" et de quoi suspendre notre linge à l'extérieur.

En contrebas nous bénéficions d'un petit salon-balcon aménagé de 2 coussins avec une vue imprenable. Si c'est pas le bonheur !!!

Trois couverts sont prêts (nous sommes les seuls touristes!!) et le cuisto au sourire éclatant nous sert immédiatement une soupe suivie d'un délicieux ragout avec des haricots et de la purée. Pastèque, mangue et ananas accompagnés de petits gâteaux en dessert.

 

Très prévenants et attentionnés, tous nous demandent si nous ne manquons de rien. Et comment pourrions nous ne pas être comblés dans ce havre de paix, au milieu de ces gens si charmants dont l'harmonie est parfaite!?

Car il faut le dire, les Kényans sont extrêmement gentils, souriants, accueillants mais aussi calmes et respectueux! Jamais un cri, jamais un éclat de voix n'a été entendu dans une conversation! C'est encore plus vrai pour les Massaï qui ne crient pas pour s'appeler mais se déplacent vers la personne qu'ils veulent interpeller!

Et l'osmose entre les personnes du camp n'était pas feinte, on les entendait constamment discuter, chanter, rire (très doucement, discrètement).

Au point que nous nous mettions aussi à nous balancer en avant en marchant, en marmonnant des petits "hmmm hmmm hmmm" mimant leurs chants, tout à fait naturellement, ce qui aurait pu paraitre très comique vu de l'extérieur!

Ilona s'approchant doucement d'un lézard agama pour le photographier

Tiens? Mais ou est donc passé Daniel? Nous avons perdu notre Superman ! Ce dernier nous sachant entre de bonnes mains, s'est éclipsé.

Je serai bientôt complètement seule... La piste et le bon repas auront eu raison de mes compagnons de route X=D


Balade avec Sankale et Issaac

Quelques heures plus tard: c'est parti pour la ballade.

Nous laissons le camp derrière nous et suivons Sankale et Issaac au milieu des épineux, traversant ça et là des troupeaux de chèvres.

"Les girafes se nourrissent de ces épineux, nous explique Sankale, mais regardez, pas ceux là, qui ont des fruits et qui abritent des fourmis qui leur piquent la langue!"

Puis il se baisse, ramasse une crotte et nous dit:

" vous voyez cette crotte? Ronde? C'est une crotte de chèvre!"

et un peu plus loin, " celle-ci est ovale, c'est une crotte de mouton."

Encore plus loin: "et ça c'est une gazelle de Thomson".

"Les toutes grandes sont de l'élan du Cap et les blanches, là, de la hyène tachetée!"

Nous sommes au bord du fou-rire quand Stéphane propose de ramasser toutes ces crottes et de les soumettre à Daniel pour voir s'il les connait, ceci juste pour le charrier car Daniel adore nous interroger sur un ton faussement sévère dès que nous croisons une gazelle.

"Steph c'est quoi cette gazelle? Ilona? Corinne?"!! Et nous sommes toujours en panique car il est très difficile pour nous de les différencier.

Message perso: merci Daniel, à présent on les connait!!!

"Et c'est avec cette plante que nos moranes (jeunes guerriers Massaï) se teignent les cheveux de rouge."

ANECDOTE: C'est là que Steph sort la boite de M&M'S du fond de son sac à dos et dit très sérieusement: "ça ce sont des crottes d'animaux français et elles ont la particularité d'être colorées". Les 2 hommes le regardent un instant incrédules, puis Steph prend cette "crotte" dans la bouche et en propose aux Massaï qui finissent par comprendre. Nous voilà tous hilares au milieu de la pampa!

Nous poursuivons dans la bonne humeur dans ce décor somptueux.

Quand Issaac trouve une carapace de tortue sous un arbre il nous dit :

"on l'emmène au camp; à chaque fois que je la verrai, je penserai à vous!"

Trop mignon !

Hilarité générale quand Stéphane fait mine de s'en servir comme casque!

Et si je ne devais garder qu'une seule image, ce serait celle-ci:

Elle dégage une telle sérénité...

Nous rentrons au camp, émerveillés par tant de beauté, comblés par nos échanges et une certaine complicité qui s'installe.

Sankale ne manque pas de nous féliciter pour notre condition physique et notre intérêt.

Très émue, j'ai les larmes qui me montent aux yeux, m'excuse et lui dis que c'est un jour très important (spécial) pour moi.
Le jeune Issaac, attendrit, me met la main sur l'épaule "it's ok mama"!

Ils sont adorables!


initiation à la danse

On nous octroie une petite pause, boire un verre, croquer dans une pastèque et c'est reparti pour une initiation à la danse Massaï pour notre plus grand bonheur!

Je ris déjà sous cape, car je charrie Ilona depuis bien longtemps avec ça, comme quoi avec ses 1m78, la concurrence sera sévère pour eux!

Il s'agit de se mettre en ligne et de chanter (-marmonner, presque comme un grognement), puis un des homme s'avance et fait plusieurs sauts en lançant des petits cris aigus et stridents, retourne dans la file, tandis qu'un autre prend le relais, et ainsi de suite,

 

comme sur la vidéo ci-dessous:                           ou d'avancer en ligne comme ici:


Parce que c'est sérieux et que ces chants et danses ont une réelle signification, ils nous mettent des couvertures rouges sur le dos.

Je suis partagée entre le comique de la scène et l'émotion sincère d'être acceptée, initiée, invitée à partager ce moment de bonheur et de joie intense. Quel privilège!

Comme prévu, Ilona est assez à l'aise avec la discipline!

Néanmoins, observons Issaac: il est quasi en lévitation sans aucun effort! Impressionnant!


initiation au combat Massaï

S'ensuit un combat. Comme notre anglais est plutôt minable, nous ne comprenons pas tout.

On nous distribue des branches molles (genre rhubarbe!) et on nous dit que ça ne fait pas mal. Puis on se sépare en 2 groupes de part et d'autre des buissons.

Commence alors un combat dans lequel il est de mise de viser les pieds de ses adversaires.

Les projectiles nous sifflent aux oreilles, ça court, ça crie!

Inutile de dire que nous sommes tous morts de rire!

Aperçu vivant ci-dessous, avec en prime un mini-guerrier armé d'un... pistolet à eau!

(y a du touriste qui est passé par là ;=))


Pour finir on se félicite mutuellement en dansant, en accolade, l'épaule droite venant toucher l'épaule gauche de son adversaire. Toujours dans la bonne humeur.

On ne saura jamais qui a gagné...!

 

 

 < Moment touchant de tendresse pour Ilona qui a visiblement les faveurs du futur petit guerrier (contrairement à Steph qui se fait copieusement mitrailler)!


On nous ramène au cœur du camp avant de se séparer le temps pour eux de préparer le dîner et pour nous de nous doucher.


Nous apprécions le paysage encore quelques instants, vautrés sur la roche chaude,

en sirotant leur délicieux thé de racine et assistons au spectacle du soleil couchant.

Puis on nous suggère de prendre la douche avant la nuit, l'éclairage étant moindre

et l'eau tiède de la source étant juste à bonne température après avoir chauffé au soleil dans la citerne noire.

Sankale ajoute: "ne vous inquiétez pas si vous voyez un faisceau lumineux cette nuit. Un gardien patrouille avec une lampe torche. Vous entendrez certainement les hyènes et peut être le lion..."

Devant notre tente, les traces de petits sabots. Aurions nous eu la visite d'une gazelle de Thomson, à moins que ce soit un impala? Ou un bubale? Un Oryx? Un élan du cap? Un cobe defessa ou... encore ...euh... je sèche !

Que c'est divin!!! On serait tenté d'en abuser si nous n'étions pas responsables, conscients des ravages de la sécheresse et du manque d'eau dans cette région ...

Ce fut la douche la plus divine de ma vie!

Nous rejoignons rapidement nos nouveaux amis pour le dîner.

Dans l'après-midi nous avions surpris le cuisinier en train de rouler des boules de pâtes et n'avons pu nous empêcher de le demander ce qu'il nous préparait:"chapati" a t'il répondu en riant devant nos mines réjouies.

Au menu: une soupe de poulet avec du pain perdu, suivi d'un poulet au curry avec du riz et de la salade, accompagné du fameux pain indien (chapati) et de bananes plantain frites au miel.

                Un pur délice!!

Autour du feu

Puis Steph est initié au feu par les membres de la communauté.

Et ça fume au bout d'une dizaine de minutes !! Mon homme est prêt pour Koh-Lanta!!

Devant son intérêt, ils finissent par lui offrir leur "kit". Steph est très ému!

Nous nous rassemblons tous autour du feu, et même si certains ne parlent pas anglais, nous échangeons des sourires, admirons ensembles la voûte céleste illuminée de millions d'étoiles. Ici, loin de la pollution lumineuse, le ciel est tout simplement féerique, nous n'avions jamais vu autant d'étoiles auparavant!

Je ne saurai coucher des mots sur les moments que nous vivons, c'est tout simplement magique, cette osmose avec ces personnes si aimables et généreuses, c'est fort, intense, si enrichissant, sincère et authentique.

Gros fou-rire pour eux quand Stéphane leur raconte que notre chien s’appelle Massaï (véridique) et s'appuie sur des photos (notamment celles ou lui avons mis un bonnet ou encore des palmes et un tuba).

Il était question d'aller se baigner à la source (au jacuzzi dixit Sankale) mais le vent s'est levé, il fait un peu frais et puis se baigner de nuit sachant qu'il peut y avoir un buffle qui surgit ou un serpent au fond de l'eau... non, non! On est si bien ici près du feu!

Un des Massaï demande alors à Issaac si Steph est acteur. Ce dernier nous traduit. Nous essayons de garder notre sérieux en répondant "oui, oui, c'est un acteur Américain mais il ne parle pas anglais"! Issaac est mort de rire!

La fatigue finit par nous gagner et nous levons le camp pour rejoindre notre tente.

Nous dormirons comme des bébés et n'entendrons ni les hyènes, ni le lion (quel dommage!), et pourtant, selon le veilleur de nuit il y avait bien des fauves dans la plaine cette nuit là....

Nuit de la St-valentin suivie d'une journée si intense que nous avions oublié que c’était la fête des amoureux. Et pourtant, ce fut sans aucun doute la plus belle des St-Valentin!


Fêter ses 17 ans chez les Massaï

jour 4 : Ilona a anniversaire

Quel bonheur de se lever dans cet environnement majestueux.

Pas de bruit, pas de voitures, pas de gaz d’échappement, pas de stress.

Juste le gazouillis des oiseaux, une brise légère, le soleil, et nos hôtes déjà tout sourire qui nous attendent dans leurs magnifiques tenues rouges.

La vue depuis notre tente au lever du jour

 

Petit déjeuner royal avec des toast, du miel, des fruits exotiques et du café.


Je ne m'y attendais pas du tout, mais quand je les vois arriver et se poster en demi cercle devant nous, j'ai tout de suite compris qu'ils voulaient honorer la reine du jour: Ilona.

Quelle émotion pour elle (et pour nous) de fêter ses 17 ans dans cette communauté Massaï, loin de tous les artifices de ce monde, juste dans un cocon au milieu de personnes vraies, bienveillantes, proches de la nature, qui ont su conserver toutes les petites choses si essentielles que nous avons perdus avec notre matérialisme démesuré.

Une expérience intense qu'elle n'est pas prête d'oublier!

Après avoir tous entonnés un "happy birthday", elle a reçu un collier et un bracelet !!

On apprendra par la suite que c'est Steph qui a vendu la mèche et organisé la surprise.

En demandant l'addition (boissons) nous sommes étonnés que les bijoux ne figurent pas sur la note.

"Ah non! a répliqué Sankale, ça c'est un cadeau de notre part, pour son anniversaire!"

 

"Tu sais Ilona, les couleurs ont une signification, poursuit-il.

 

  • Le bleu est assimilé à l'age (10-17 ans)
  • Le blanc représente la paix
  • Le jaune c'est le feu
  • Le vert c'est la nature
  • Le noir c'est le troupeau
  • Le orange représente la santé"

 

explique encore Sankale

Ilona était tremblante d'émotion!



Daniel nous a rejoint, le véhicule est prêt, propre et notre chauffeur en pleine forme!

Il va falloir se quitter et j'ai le cœur lourd. Je n'ai qu'un seul regret: partir déjà!

Daniel qui me félicitera pour le tracé de parcours que j'ai choisi, me fera la remarque:

"tu aurais du prendre 2 jours ici", et il a tellement raison!

Leurs visages radieux vont nous manquer.

Sankale insiste pour qu'Ilona revienne avec ses amis, ils accueillent et initient beaucoup de jeunes au camp, font de grandes randonnées avec eux, emmènent parfois même le bétail en Tanzanie (11 jours de marche).

Et j'imagine le bien que pourrait faire un séjour ici à certains jeunes mal dans leur peau, en difficulté...

Nous nous quittons avec effusion, non sans avoir laissé quelques présents, notamment lampes de poches, lampe frontale, couteaux Suisses (qui sont toujours très appréciés, comme le montre l'image avec la joie du cuisinier), stylos, casquettes, lunettes de soleil, etc...

 

J'en profite pour remercier chaleureusement Andi, un collègue et ami qui m'a remis une boite de cadeaux (et donc de couteaux) à emmener au Kenya. Merci Andi !

ANECDOTE: Nous avons échangé nos N° de téléphone (eh oui, le progrès!), et quelle ne fut pas notre surprise, de recevoir, quelques jours plus tard, un message sur WhatsApp de la part d'Issaac!!! Depuis, nous communiquons régulièrement !

Nous quittons le groupe les larmes aux yeux. Tous nous regardent partir en nous faisant des grands signes.

 

En arrivant aux pieds des Loïta Hills nous faisons un court arrêt au jacuzzi (dixit Sankale), ce "trou d'eau" chaude où la population vient se fournir chaque jour.

 


 

Un groupe d'enfants en uniforme, sur le chemin de la source pour puiser l'eau avant d'aller à l'école.                          

 

C'est reparti pour la piste, direction Massaï Mara pour un safari de 2 jours.

 

Pour plus d'infos sur la communauté Massaï, c'est chez wikipédia

Pour avoir des nouvelles des Massaï et

plus particulièrement d'Issac,

RDV sur mon blog, ici!