Girafe Center et orphelinat d'éléphants Sheldrick

Jour 7

Giraffe Center


Départ à 8H15 (presqu'une grasse mat!) pour être les premiers à l'ouverture du centre de girafes.

Daniel s'arrange pour que nous puissions passer les premiers :=)

 

Les girafes de Rotshild sont reconnaissables grâce à leur chaussettes blanches. Cette espèce est gravement menacée et n'est visible que sur les points jaunes sur la carte.

 

Nous avions eu la chance d'en voir une à Nakuru.

Vous trouverez les différences entre la girafe de Rotschild et la girafe Massaïe sur la page Massaï-Mara

Cette fois nous avons la chance de tomber sur un sympathique guide stagiaire parlant un peu français.

Il nous explique comment toucher la girafe, en lui donnant sa friandise. Car soyons honnêtes, elles ne viennent pas pour les câlins!

Nous apprenons que la girafe ne dort jamais à plat, sa tête doit toujours rester verticale pour sa survie (circulation de sang).

Le bébé pèse environ 60 KG et tombe de 2 mètres sur la tête à la naissance!

Sa langue mesure 45 cm et son espérance de vie est de 15 ans en liberté et 28 ans en captivité.

L'hygiène: nous sommes invités à nous laver les mains avant de toucher les girafes!

Et on nous informe que ces dernières mangent des acacias (donc des épineux) et que leur salive est antiseptique. C'est pourquoi les adeptes du french kiss n'ont rien à craindre :=)

ANECDOTE: 3 girafes sont présentes au balcon, mais suite à un coup de boule pour Steph qui a esquivé de justesse, nous apprenons que l'une d'elle n'aime pas les hommes et une autre ne supporte pas les enfants! Qu'on se le dise!

A la sortie une petite boutique propose de jolis souvenirs à prix corrects.


Sheldrik frondation

L'orphelinat des éléphants


D'habitude quasi seuls, nous sommes frappés par la queue devant l'entrée. C'est dimanche.

Les jeunes éléphanteaux reçoivent leur biberon à 11H et la visite s'effectue donc à cette heure fixe.

Une dizaine d'orphelins âgés d'environ 2 ans se trouvent déjà dans "l'arène".

Les soigneurs ont disposé des branches un peu partout afin que tout le monde puisse voir les petits de près et même les toucher ce qui m'était impensable (les oreilles c'est tout doux, tout fin)!!

Une fine corde seulement nous sépare d'eux (attention les pieds!!)

Un homme prend la parole et explique le fonctionnement de la fondation, au micro, en anglais. C'est assez barbant, dommage que nous ne comprenions que la moitié et que le monologue soit peu passionné et sur un ton égal.

Mais les jeunes pachydermes (en dépit du triste fait qu'ils soient tous orphelins, souvent à cause du braconnage dont ont été victimes leurs parents) font le show.

Puis arrivent les ados, 12 éléphants ayant jusqu'à 18 ans. Le tempo qu'ils ont nous fait rire, apparemment ils ont faim! Et heureusement pour les soigneurs, les biberons sont prêts!

La scène est aussi comique qu'attendrissante!

Au centre ils sont dorlotés, les soigneurs dorment même avec leur protégé. Puis, plus tard, il vont en promenade jusqu’à ce qu'ils soient en mesure de retourner à la vie sauvage, au Tsavo.

ANECDOTE: une femelle qui était retournée à la vie sauvage est revenue à la fondation pour donner naissance à son bébé !

"pouah j'en peux plus! Trop bouffé moi! "

"m'en fou, me vautre là,  j'bouge plus!"


Ainsi s'achève cette belle matinée à Nairobi.

Daniel, qui s'est garé en marche arrière pour pouvoir repartir le premier, nous attend.

-"il est arrivé que j'emmène des clients au Sheldrick et en sortant de la voiture 2 lionnes sont arrivées et ont attrapé un phacochère. C’était incroyable cette scène de chasse, là, sur le parking!! Du coup ils ne sont pas allés voir les éléphants!" nous raconte t'il.

Et il en a plein des anecdotes de ce genre!


Repas au Carnivore

Je sais que ça peut prêter à débat, mais Stéphane étant vendeur de viande, nous ne pouvions faire l'impasse sur ce restaurant très connu à Nairobi.

La déco est Africaine, le personnel charmant, une musique afro donne le ton.

On nous installe dans le restaurant. Mais Daniel, notre ange gardien vient immédiatement vers nous et hèle le serveur: "non non, pas ici, trouve leur une belle table"

Nous voilà à l'extérieur près d'une petite cascade, dans un très joli jardin fleuri et à l’abri de la fumée. Merci super Daniel, que ferions nous sans toi??

Au centre de la table: des salade et plusieurs sauces sur un plateau tournant. Les grillades sont servies à discrétion, on nous donne un drapeau à poser en bout de table et à partir du moment où nous n'avons plus faim, il suffit de coucher le drapeau.....

Daniel nous quitte après s'être assuré que nous ayons bien compris le principe et nous donne RDV dans une heure.

Les grillades sont toutes délicieuses, que ce soit le porc au miel, les saucisses, le gigot d'agneau, le rosbeef, etc... et une dégustation en une heure, c'est presque un peu la course.

Pourtant vu que Daniel nous demande toujours : "pour demain chers amis, dynamisme et oeil de lynx", nous décidons de ne pas coucher le drapeau mais de l'emmener dans le minibus: nous sommes les invincibles!


En route vers le Kilimanjaro

Et c'est parti pour une longue route

vers Amboseli.

"vous pouvez dormir, dit notre chauffeur, moi j'ai mangé léger, un peu d'ugali (farine de maïs ou de mil, genre polenta) et des épinards pour oeil de lynx"