La Havane

En voiture simone

Ce qui est de suite surprenant c'est la quantité de vieilles autos Américaines, partout, de toutes les couleurs, et les vieux camions et .... les gaz d'échappement!

ma préférée restant celle-ci:

 

Mais aussi les taxis-vélos, les taxis cocos et les chevaux tirant des calèches, ces dernières étant de loin toujours encore le transport national dans le reste de l'île.

Si vous devez conduire à la Havane (ou ailleurs), téléchargez un GPS hors ligne (OsmAnd fonctionne très bien), car la capitale grouille de ruelles, certaines en sens interdit et il n'y a pas de panneau pour le signaler !!

Il nous a fallu 1/2 H pour nous extraire du centre!

 

Pour les détails et anecdotes croustillantes,

cliquer sur le bouton ==>

 


A PIEDS

Le 1er jour nous avons pris un guide francophone et avons fait le tour de la vieille ville à pieds.

L'avantage du guide est de pouvoir se repérer, mais surtout de pouvoir poser des questions, d'entendre des anecdotes sur telle place ou telle statue (héro de la révolution), de voir l'arrière cour d'un palais dont vous n'auriez pas eu le courage de franchir le perron, etc...

D'apprendre pourquoi les bateaux devaient accoster à la Havane dans le passé : pour repartir en convoi et ainsi se protéger des pirates...

Par ailleurs je n'hésite pas à poser des questions du genre "Che est il vraiment un héro?"

ou "pourquoi la révolution a t'elle eu lieu?" et au moment de se quitter: "quel est ton rêve?"

 


Je ne vais pas débattre sur le Che, cependant même en m'informant avant le départ, je n'avais pu comprendre pourquoi Batista (pour ceux qui ont loupé des épisodes, comme moi: le président avant Fidel Castro) avait été renversé. En fait, en résumé, ce dernier coopérait avec les Américains. Mais je vous laisse voir ça avec Wikipédia.

Néanmoins si tous les Cubains conviennent qu'ils ont la vie dure, je n'en ai entendu aucun critiquer le régime. Et leurs rêves ne sont pas loin des nôtres:  avoir la santé, un boulot, une famille, une maison.

Les rues et places

Entre ruines et palaces...

Nous avons donc déambulé dans les belles rues aux façades colorées de la vieille ville, entre autre la rue Cuba ou Obispo,  la plus touristique. On se perd très vite dans le dédale des ruelles, puis on tombe sur la place vieille, la place de la cathédrale, place des armes etc...

Les bâtiments sont souvent tres bien restaurés, comme ceux de la place vieille, les Cubains habitant une maison la bordant  se sont vus offrir une rénovation gratuite de leur façade!

Il y a un prado dans quasi chaque ville, il s'agit d'un terre-plein, souvent appelé parc, bordé de 2 routes, ou l'on peut se balader tranquillement, à l'instar de la Rambla de Barcelone.

Celui de la Havane est en marbre.

Il est également agréable de marcher le long du malécon, il s'agit de la rue qui borde l'océan dans toutes les villes de la côte.

Est présente également dans toutes les villes: une statue de José MARTI, l'autre héro de la révolution.

Et puis on nous a parlé d'un héro qui aurait laissé mourir ses 4 enfants de faim... Héro dites-vous?

Ok le guide nous a montré les attraits de sa ville, expliqué qu'un coup de canon est tiré tous les soirs à 9H dans la forteresse (de l'autre côté), raconté comment Hemingway était devenu fou et toutes sortes d'anecdotes. Ce fut vraiment très intéressant, d'autant plus qu'étant juste 2, nous pouvions nous faufiler et éviter les groupes et la foule.

Ce fut très agréable de s'imprégner de la douceur de vivre quasi méditerranéenne du centre.

Mais en quittant le guide, nous avons voulu voir la Havane... autrement.

 

Scène de vies:

 

 

 

Marre de trimbaler des stylos, entre autres, nous nous sommes permis de héler la maitresse par les barreaux de cette école et lui en avons tendu une poignée. Réaction:

Nous nous sommes trouvés en plein tournage de film avec ce papy faisant des claquettes dans un coin de rue, des caméras braquées sur lui.

Un magasin en pleine démoustication (8 cas de zika ont été déclarés à Cuba)

Les écoliers sont en uniformes: beige-blanc ou rouge-blanc ou bleu-blanc selon leur age.

Ce que l'on nous montre pas,

palaces à l'abandon, maisons en ruines dans les rues parallèles ou perpendiculaires...

Elles ont aussi leur charme, sauf pour ceux qui les habitent.

Et les immanquables pièges à touristes:

Concernant le logement, nous n'avons pas eu de chance dans la capitale, ni avec l'hôtel à notre arrivée ni avec la casa particular à la fin du séjour (voir Anecdotes). Es Cuba.

Pour les restos et bars, il y a à boire et à manger, dans tous les sens du terme, consultez le petit futé (à télécharger dans ma page infos).

 

Pour les avoir testé, je recommande:

-restaurant Hanoi, des spécialités cubaines avec un très bon rapport qualité prix (langouste à 12 €), joli patio, musique live, le patron au service.

-bar Floridita: un must, le meilleur daikiri du monde, une ambiance unique, le bar préféré d'Hemingway.

-la pizzeria 5 Esquinas, un peu excentrée mais à ne pas louper (surtout si vous n'en pouvez plus du poulet-riz-haricots noirs)

sur la place vieille, ne manquez pas la maison du café, le café y est torréfié sur place, ou allez boire une citronnade (perso je préfère le mojito, mais je fais genre) sur une terrasse patio ou dans l'un des nombreux bars à la déco rétro.

A noter:

=======

Contrairement aux idées reçues, la capitale n'est pas dangereuse.

Nous n'avons jamais été accostés, sauf par les enfants qui nous réclamaient des stylos (n'hésitez pas à en emmener, pour offrir, ainsi que du vernis à ongles, dentifrice, clé USB, ...)

Ce qui surprend, c'est qu'on passe continuellement de rue pavée, propre, avec des beaux bâtiments coloniaux restaurés à rue aux maisons délabrées... Les unes bondées de boutiques et de touristes, les autres un peu moins fréquentées, néanmoins nous ne sommes jamais sentis en danger. Même de nuit.

 

Contrairement aux maisons, qui n'ont pas de fenêtres (rien que des barreaux et des volets en bois), les portes des magasins sont vitrées, (des vitres souvent fatiguées et branlantes) mais pas protégées de barreaux ou rideau de fer. Nous n'avons vu aucune porte vitrée ou vitrine fracturée.

Mais il est temps de commencer notre road-tour, alors vamos à la prochaine étape: