Cayo Blanco

Départ de la Marina à 9H30

 

La traversée d'1H30 nous permettra de faire connaissance avec d'autres touristes, en majorité Français, et d'échanger impressions et anecdotes.

A noter qu'à l'arrivée certains étaient déjà bien imbibés ;)

 

Le programme à l'arrivée étant le suivant:

 

-snorkeling au large de l'île (un peu décevant, peu de corail, beaucoup de vagues, nageurs moyens s'abstenir)

 

-repas en self service sous terrasse couverte (une bonne paella)

 

-farniente ou baignade

 

-retour vers 16H00

L'île est inhabitée et bien préservée.

Ce qui me motive le plus c'est d'enfin fouler la terre ferme et de ramper au sol avec les iguanes.

Pour cela nous avons déboursé 160 EUR pour 2 . Un peu cher...

Après le snorkeling moyen-moyen, nous passons à table.

Je trépigne d'impatience comme une gamine: mais... les iguanes....

Stephane essaie de me canaliser quand nous voyons soudain un iguane sur la terrasse même!!!

Branle bas de combat, tout le monde est sur le coup!

Je comprend alors que les bestioles sont nourries... quel dommage...

 

Après le repas nous explorons l'île alors que tout le monde est sur la plage.

 

Nous avons également été impressionnés par la taille des Bernard l'Hermite. Enormes!

Autres espèces observées :

Au retour, nous nous installons sur l'arrière de la terrasse, à l'ombre, et discutons avec le personnel de bord.

Une femme nous raconte alors qu'elle est ingénieur mais qu'elle gagne plus en faisant le service sur le bateau.

Bien évidemment cette situation la désole.

Un Uruguayen en vacances se mêle à la conversation et les échanges deviennent plus politiques, le débit en espagnol trop rapide pour nous ...

Les iguanes sont toujours là et plus aucun touriste à l'horizon :=)

 

 

 

 

Nous apprenons que les iguanes sont très territoriaux, constat fait après avoir tenté d'introduire

un 2ème mâle.

Les protecteurs de la faune de l'île ont finalement laissé le harem au seul mâle présent, magnifique specimen qui d'ailleurs se laisse caresser.

 

Bien sûr nous n'aurions jamais touché cet animal si l'on ne nous avait pas dit qu'il aimait les câlins!

 

Ces sublimes animaux, lézards géants préhistoriques

sont en danger,

voir les infos sur wikipedia

 

 

ANECDOTE :

 

Quelle beauté!

 

Afin que je puisse photographier le monstre de près, Stef a lancé une miette de pain vers moi.

 

Un peu bigleux, le "gars" s'est jeté sur moi, m'a marché sur les pieds, enfonçant bien ses griffes dans ma chair, et a cogné son museau contre mon tibia plusieurs fois, toc-toc-toc.

 

J'ai pas bougé, mais je n'en menais pas large,

où voulait-il en venir ?

 

Sans vouloir froisser monsieur, euh...je suis mariée, moi!!

 

Puis, dépité par mon indifférence, il est reparti fièrement, la tête haute,

convenant au final que j'étais trop vieille pour lui.

Au retour le rhum coule à flots sur le catamaran.

Certains rentreront rouge écrevisse, d'autres tanguant sur la terre ferme...

 

Contrairement à nos compatriotes nous ne sommes venus ni en taxi ni en bus. Notre MG nous attend gentiment sous un soleil brulant.