CUBA 2016

Si je vous dis Cuba, vous pensez quoi?

Plages sublimes des Caraïbes, Cigares et Rhum, vieilles voitures Américaines et salsa ?

Évidemment il y a de ça, mais pas que. Il manque l'essentiel: les Cubains! Une population joyeuse et chaleureuse en dépit des difficultés qu'elle rencontre.

 

Nous avons eu la chance de faire un road-tour de 20 jours dans la partie Ouest du pays, avons ouvert grand nos yeux et nos oreilles et sommes allés vers les Cubains.

Ravis par notre intérêt, ils ont toujours répondu gentiment à nos questions (quand bien même notre espagnol fut mauvais et hésitant) et posé de bonnes grâce devant nos objectifs.

 


Voici ci-dessus le trajet que j'ai imaginé, avec l'aide de l'agence Evaneos (demander Nathalie)

(agence que nous avions déjà sollicitée pour notre voyage au Rwanda)

L'avantage étant:

-de payer le tout à Evaneos, en France (pas de frais bancaires, sécurité...)

-de faire travailler des locaux francophones qui vont vous réserver vos nuitées, voiture et autre excursion

  selon vos désirs (flexibilité top)


A noter que vous pourrez facilement voyager en routard à Cuba,

 

- en vous déplaçant en bus Viazul (ou en taxi, même sur longue distance, moins cher que la location de voiture)

- en dormant chez l'habitant, voir:

-http://planetacuba.com/accueilfrance.html

-http://www.cuba-linda.com/

 

Avant de partir (voir mes conseils avant départ), ne vous laissez pas envahir par l'angoisse en lisant les aventures négatives arrivées aux voyageurs.

Évidemment c'est toujours galère de se faire voler son portefeuille, mais ça arrive aussi ici. En France.

Nous avons garé la voiture dans des rues animées, avons laissé la porte de notre chambre ouverte chez l'habitant avec toutes nos affaires dedans, avons emmené des auto-stoppeurs, nous sommes baladés de nuit dans la capitale, à pieds, nous sommes aventurés dans des quartiers où il n'y avait aucun touriste.

Bien entendu il faut rester vigilent, ne pas psychoter, prier ses anges gardiens ;-) non, blague à part, arrêter de considérer les pays "pauvres" comme des pays à bandits.

Parce que j'ai eu le bonheur de constater souvent que c'est ceux qui en ont le moins qui donnent le plus.

Théorie confirmée à Cuba !

Alors vamos à Cuba l'esprit tranquille, en débutant par la belle Havane et le quartier de la vieille ville.