Alors pour tous ceux qui sont fâchés avec la géo: NON, y a pas la mer à Marrakech!

 

Néanmoins je me réjouissais de visiter la ville rouge, de m’enivrer d'une nouvelle culture, de nouvelles rencontres, de nouvelles odeurs...

 



En ce doux mois de novembre, quel bonheur de s'assoir sur une terrasse, reposer ses pieds douloureux et poussiéreux, observer le monde s'agitant autour de soi et  laisser le soleil d'hiver réchauffer les visages et les cœurs..

 

 

C'est au ryad Moullaoud que nous avons choisi de nous poser, car il nous était impératif de nous immerger dans la Médina et de profiter ainsi de l'authenticité de la vie Marocaine.

Que ce soit bien clair: le silence n'existe pas, et ce n'est d'ailleurs pas cela que nous sommes venus chercher.

Cris d'enfants, de parents, pétarade de mobylettes, flutes, tambours.

Mais quel bel oasis, ce ryad, au milieu du tumulte ;)

 

Nous sommes à quelques pas du souk, de la place Jamaâ El Fna et des mosquées.

A quelques pas aussi du quartier des tanneurs.

Plan de la ville

Le ryad

La très jolie terrasse sur le toit,

avec vue sur la ville et sur l'Atlas depuis la piscine ou le jacuzzi.

La chambre avec douche Marocaine:

Marché Berbère

Qui connait un peu l'Afrique, sait qu'il est coutume de se faire gentiment accoster par les autochtones. On nous demande bien souvent si c'est la 1ère fois, d’où nous venons, on nous emboite le pas.

Comme nous sommes ouverts aux rencontres, nous nous prêtons volontiers au jeu.

C'est ainsi qu'un Marocain nous entraîne vers le marché Berbère, marché que nous n'aurions pas trouvé sans lui, la vérité ;)

Nous entrons dans l'immense tente berbère et sommes accueillis par un charmant jeune homme qui nous invite à prendre place en nous servant un thé et nous présente toutes sortes de tapis et lampes.

Nous n'achetons rien, quand bien même il garde le sourire.

Cependant notre guide improvisé resté à l’extérieur réclame une commission et son salaire de 50 € dès notre sortie !!!

Nous avons beau lui relater qu'en Europe on ne paie pas les gens qui accompagnent nos promenades de leur plein gré ...


Nous poursuivons notre chemin avec notre plan de la ville direction le jardin de Majorelle.

Notre accompagnateur toujours sur les talons. Qui nous réclame toujours de l'argent.

Et le ton monte... Soudain des gens sortent d'on ne sait ou! Nous somment de le payer.

C'est dans une petite ruelle que nous nous faisons agresser en plein jour! Insultés, lunettes de soleil arrachées, sous la menace de jets de pavés nous sommes contraints de donner tout l'argent que nous avons sur nous....

 

Il s'agit du type moustachu au pull à rayures:

Le jardin Majorelle

Ma foi, rien de bien grave, cela ne va pas changer notre façon de voyager et d'aller à la rencontre des gens. C'est juste dommage.

Je suis un peu sous le choc.

Nous poursuivons vers le jardin de Majorelle où vecu Yves St-Laurent.

Un magnifique oasis de verdure superbement entretenu.

De quoi se ressourcer et calmer les esprits...

De retour au ryad, nous nous offrons un hammam suivi d'un jacuzzi sur la terrasse avant de déguster un excellent tajine.

Quartier des tanneurs

Un endroit à visiter si on a le cœur bien accroché.

Même pas peur! On se fait très vite accoster dans la rue pour nous guider et nous accompagner. A l'approche du souk de la tannerie l'odeur vous prend à la gorge. Pas de panique, on vous distribue de la menthe fraîche à mettre dans le nez et/ou la bouche...

Et si tu sais pas c'est quoi ces immenses cuves qui sentent pas bon, ben c'est de la fiente de pigeon !

Plus sérieusement, voilà comment ça se passe:

la 1ère étape consiste à laisser macérer les peaux brutes plusieurs jours dans des bassins remplis de chaux, de fiente de pigeons et d’ammoniac.

Puis les peaux sont plongées dans des bassins de teinture naturelle, comme le pavot pour le rouge, le henné pour l'orange ou encore la menthe pour le vert.

Pour finir les peaux sont rincées et séchées au soleil puis acheminées via les artisans qui en feront des vestes, sacs, babouches ou porte-feuilles...

 l'odeur indescriptible de ce souk. Pretez vous tout de même au jeu! Le souk permet de comprendre une partie du cycle du traitement du cuir. Loin de la carte postale haute en couleur que vous trouverez partout dans Marrakech, l' "attraction" pri

Petit conseil: mettre de vieilles chaussures...

J'avoue que j'ai tout de même été très surprise des conditions de travail ...

Un sympathique boulanger rencontré sur le chemin:

Place Jamaâ El Fna

Elle est incontournable.

C'est néanmoins à la tombée de la nuit que l'agitation est à son comble.

Pour se faire une idée, monter à l'étage d'un café:

Nous décidons de faire le tour de la ville en taxi, histoire de voir à quoi ressemble cette fameuse palmeraie.

Et même si le mot palmeraie est un peu usurpé, la vue de l'Atlas enneigé en arrière plan est à couper le souffle!

Et retour dans la ville en passant par le souk...

Nous continuons à pieds, laissant notre chauffeur indigné de ne pouvoir nous vendre un tour en chameau...

Et mangeons un gargantuesque tajine dans un établissement, euh, local... ou nous sommes les seuls Européens. Et ça, c'est cool :)

Dernier regard sur la ville, nous prenons de la hauteur, un peu amers...

 

 Retour à l'accueil pour d'autres aventures: